^Retour en haut de page

logo

en hommage à mon fils, Raphaël DROUIN - † 22-04-2014

"Les morts sont des invisibles, mais non des absents." - Victor Hugo
"Ne pleure pas celui que tu as perdu. Au contraire, réjouis-toi de l'avoir connu" - Jean-Louis Trintignant

"Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure" - Publius Syrus

Propos recueilli par Yves-Alexandre Julien - Artistik Rezo

 

Artistik Rezo : Est-ce fantasque de penser que le synopsis autant que la finalité de l’évènement musical « Escales & Paysages », puisse être un remède pour ceux qui souffrent ou qui sont en fin de vie ? En d’autres termes, cette oeuvre recouvre t’elle pour vous un caractère musico-thérapeutique ?

 

Raphaël DROUIN : Je me sens particulièrement concerné par cette cause, ma mère luttant depuis plusieurs années contre la maladie. Mon implication dans ce projet a donc une double signification à mon sens. Ma mère sera présente le 24 mars à Gaveau et je souhaite de tout mon cœur que cet évènement soit pour elle le plus efficace des remèdes.

 

Artistik Rezo : Vous êtes, si je puis dire, un régionaliste en musique, puisant vos créations aux sources sur le sol Normand. Croyez- vous que ce concert du 24 mars prochain soit le récit apatride d’un artiste singulier dans ses domaines de prédilection : la composition , l’écriture musicale et littéraire, l’interprétation ?

 

Raphaël DROUIN : Je suis né en Normandie mais à l’âge de quatre ans, j’ai dû déménager dans le Sud-ouest pour des raisons familiales. J’ai vécu très difficilement cette rupture soudaine qui s’est transformée en blessure. Dés lors, je n’ai eu de cesse que d’idéaliser cette région dans mon imaginaire d’enfant. C’est donc tout naturellement et avec la plus grande joie que s’est opéré mon retour aux sources en 1998 alors que ma carrière débutait et que je devais me rapprocher de Paris. Rouen allait devenir mon port d’attache. Aujourd’hui, c’est en Normandie que je trouve les repères indispensables à mon équilibre, mais surtout mes amis et une grande partie de ma famille retrouvée. Je me sens si positivement enraciné que j’en oublie souvent mes quinze années d’absence sur le sol normand.

 

Si ce rapport quasi exclusif aux origines conditionne ma vie d’homme, il n’en va pas de même pour le musicien que je suis. En effet, ma vie professionnelle est rythmée par les déplacements, les rencontres, les métissages. Pouvoir jouer une même œuvre dans des salles différentes et avec des musiciens différents constitue pour moi une inépuisable source d’inspiration, chaque nouvelle rencontre me proposant un éclairage inédit et m’incitant à renouveler sans cesse mon discours musical.

 

L’un de mes plus beaux souvenirs en tant qu’arrangeur reste une séance de travail autour d’un morceau de salsa que j’ai orchestré il y a quelques années ; la rencontre avec la section rythmique cubaine fût pour moi tellement enrichissante qu’elle a par la suite changé ma façon d’écrire les percussions dans mes compositions symphoniques plus « conventionnelles ».

 

Pour ces raisons, je ne pense pas être un musicien régionaliste et c’est bel et bien le concertiste qui montera sur scène le 24 mars pour faire découvrir au public parisien l’œuvre de deux remarquables compositeurs qui, avant d’être normands, restent avant tout d’irremplaçables artistes et amis.

 

Artistik Rezo : Pourquoi selon vous une telle musique portant l’espoir doit elle méconnaitre les frontières et refuser - à contrario du caractère régionaliste - de s’inspirer nativement d’un seul et unique paysage pour s’inscrire dans la diversité ?

 

Raphaël DROUIN : La musique englobe pour moi « toutes les musiques », la notion de spécialisation dans un tel domaine m’effraie ! Quelque soit le langage mélodique, harmonique ou rythmique utilisé, j’attends d’une musique qu’elle m’émeuve, qu’elle m’insuffle une énergie, un sentiment qu’il me serait impossible de décrire avec des mots. C’est le cas d’« Escales & Paysages » : malgré deux modes d’écriture pourtant radicalement différents, Dominique Preschez et Thierry Pélicant nous livrent à travers cette œuvre commune une musique magique, inspirée et inspirante, au service d’un texte somptueux. La diversité fait la richesse de cette pièce : durant plus d’une heure, l’auditeur se trouve constamment chamboulé géographiquement, passant d’un compositeur à l’autre, d’une ambiance à l’autre, et pourtant… après une écoute globale, l’œuvre laisse une incroyable impression d’homogénéité, comme si elle n’eût pu être écrite autrement.

 

Artistik Rezo : On aurait voulu vous faire vous rencontrer pour créer un tel événement que ce concert « Escales & Paysages » vous, le pianiste virtuose Raphaël Drouin, le chef d’orchestre Thierry Pélicant, et Dominique Preschez le récitant que nous n’y serions probablement pas arrivés ! Y a-t-il donc une part d’ésotérisme et de mystère dans cette réunion de trois musiciens dont les routes se croisent ou se recroisent à présent ?

 

Raphaël DROUIN : Tout s’est construit le plus naturellement possible. J’ai rencontré Thierry Pélicant en 2000 autour du Triple Concerto de Beethoven. Depuis, nous ne nous sommes plus quittés ! Nous avons la même façon de phraser la musique, de la concevoir, de la vivre. C’est toujours une grande joie de se retrouver, que ce soit sur scène ou dans l’intimité.

 

J’ai rencontré Dominique Preschez en 2006 lors de la création de son Capriccio pour Piano et Orchestre. Avant même de connaître l’homme, j’ai été séduit par sa musique que j’arrivais à apprendre par cœur en quelques lectures, tant son écriture me semblait logique et parfaitement adaptée à ma sensibilité.

 

La création d’« Escales & Paysages » est une étape importante dans notre trio car elle est à la fois l’aboutissement de tout ce que je viens de décrire et le commencement de tout ce qui va découler de cette aventure : en tant qu’interprète, j’ai reçu cette œuvre comme un sublime cadeau, apprivoisant chaque note et chaque phrase jours après jours, comme si Dominique et Thierry me livraient des secrets que moi seul pouvait entendre. C’est une expérience qui sublimera notre amitié de façon indélébile.