^Retour en haut de page

logo

en hommage à mon fils, Raphaël DROUIN - † 22-04-2014

"Les morts sont des invisibles, mais non des absents." - Victor Hugo
"Ne pleure pas celui que tu as perdu. Au contraire, réjouis-toi de l'avoir connu" - Jean-Louis Trintignant

"Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure" - Publius Syrus

Le 21 avril 2015 (Isabelle DI COSTANZO)

RAPHAEL en souvenir de toi ( isabelle texte inspiré des mots de Calogero album"feux d'artifices")

Toi mon frère dis moi pourquoi, ta vie s'est arrêtée là, au matin du 22 avril il y a un an .
Ce jour là, il y avait du soleil mais pour moi c'était l'éclipse totale au dehors en apprenant ta mort .
Mon cœur s'est brisé, cœur qui fait mal, cœur explosé 
Je pense à toi encore , je pense à toi très fort

Nous avons partagé des joies ,des peines , aujourd'hui mon cœur saigne.
Avant toi c'était quoi ? un préambule puis tout a basculé , toi Raphaël tu as embelli ma vie.

Tu me manques et je t'imagine passer la porte ,
et mon cœur s'emporte ,alors je ferme les yeux , en moi je te retiens un peu.
Je te vois le dimanche soir arrivant en bermuda dans le jardin pour un barbecue sympa 
et mon cœur s'emporte , alors je ferme les yeux , en moi je te retiens un peu.
Tes doigts sur le piano qui s'envolent , décollent , tournoient , virevoltent 
et mon cœur s'emporte , alors je ferme les yeux , en moi je te retiens un peu

Tu as voulu cueillir les étoiles , tu as été une étoile , étoile de pas longtemps, qui est née , a brillé ,a glissé sous les cieux incandescents , comme un feu d'artifice. vu que tu n'étais pas là pour longtemps tu as fait en sorte de briller dans les yeux des gens , leur offrir la lumière comme un météore en passant car si tout est éphémère tous se souviendront de toi très longtemps.

Toi Raphaël, fidèle à tes rires, fidèle à ton mauvais caractère, fidèle à ta mauvaise foi, fidèle à tes tourments, fidèle à ta jeunesse, fidèle à tes principes, fidèle à ton sixième sens et toujours FIDÈLE A LA MUSIQUE,

Mais tous les soirs en secret, tu rêvais de retrouver les bras de maman, ses câlins tu en voulais sûrement comme quand tu étais enfant.

Toi mon frère dis moi pourquoi ta vie s'est arrêtée là , je pense à toi , je ferme les yeux , tu es encore près de moi ,en moi je te retiens un peu ......