^Retour en haut de page

logo

en hommage à mon fils, Raphaël DROUIN - † 22-04-2014

"Les morts sont des invisibles, mais non des absents." - Victor Hugo
"Ne pleure pas celui que tu as perdu. Au contraire, réjouis-toi de l'avoir connu" - Jean-Louis Trintignant

"Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure" - Publius Syrus

Hommage à Raphaël, Raphaël Drouin (piano), musique de chambre à Giverny. Hybrid'Music 2014 (H1834).

2 août 2014, par Jean-Marc Warszawski ——

Ce disque est un peu d'une histoire de famille, celle réunie depuis 11 ans au sein de Musique de chambre à Giverny par Macha Belooussova et Michel Strauss qui avaient une admiration sans bornes et un amour quasi filial pour ce jeune génie. Après avoir dit « Ce type est un génie », Michel Strauss, sourire jusqu'aux oreilles, faussement étonné, racontait comment ce brillant pianiste avait choisi la classe d'un violoncelliste pour se perfectionner en musique de chambre.

Mais Raphaël trouvait tout cela, sa vie, le piano, la musique, certainement peu amusants et suffisamment invivables pour s'arracher de là. Comme ça. À la stupéfaction de tous. Il semblait être tant plus à envier qu'à plaindre, par son talent musical, par son sens de la convivialité, son abonnement aux prolongations d'après concert.

Il va énormément manquer sur les scènes et dans la vie de Musique de chambre à Giverny.

Ce disque le réunit à ses amis musiciens, techniciens, administratifs, bénévoles, au public même de la résidence musicale de Giverny, dans des moments remarquables de musique, en espérant que l'enregistrement en concerts publics puisse rendre compte de la sensualité vitale du récital de la formidable Sharon Coste, du plaisir que suscita la Milonga de Thierry Pélicant, un de ses proches amis et admirateurs, l'interprétation au souffle unique avec Macha Belooussova de La mer de Claude Debussy, mise à deux pianos par André Caplet, la délicatesse du trio en sol mineur de Haydn avec les virtuoses que sont Gordan Nikolić et Joann Whang, l'émotion du nocturne de Schubert.